Zones cycloniques à éviter lors d'un tour du monde en voilier

Zones cycloniques à éviter lors d'un tour du monde en voilier

Retour au sommaire de nos Conseils de navigation autour du monde

 

Un tour du monde en croisière peut se résumer à une navigation qui essaye de suivre au mieux les vents dominants, voici une carte des vents en temps réel. Cette navigation va généralement d'Est en Ouest, et va croiser des zones à forte pluviométrie et des zones où se développent à certaines saisons les cyclones.

Autant ne pas les croiser !

Une bonne préparation de votre route en fonction du calendrier cyclonique est importante, vous devrez éviter les zones cycloniques et quitter les zones tropicales pendant les saisons à risques.

Avec le réchauffement de la planète, cette préparation devient de plus en plus importante, voir même complexe pour un tour du monde, car les périodes cycloniques s'allongent, les cyclones se multiplient, et sont de plus en plus violents.

Voici deux sites à consulter si vous êtes dans une zone cyclonique : le site météorologique sur les phénomènes cycloniques Tropical Storm Risk et le site météorologique européen ECMWF.

Comment se forme un cyclone ?

Un cyclone se forme et se développe là où toutes les conditions favorables sont réunies : eau chaude +26° sur une certaine profondeur, ... Il y a des lieux et des saisons privilégiées, bien entendu.

Le cyclone est essentiellement un phénomène maritime. Sur les continents, il manque ce fameux carburant que sont les eaux océaniques chaudes, il n'y a donc pas de cyclone sur l'Afrique ou à l'intérieur des continents nord et sud-Américains. Les cyclones qui abordent les terres, s'essoufflent rapidement et se dissipent en quelques heures, en se transformant en zone perturbée pluvieuse.

Parfois, il arrive qu'un cyclone puissant garde assez d'énergie, lors de la traversée d'un territoire, pour se reconstituer, s'il trouve de nouvelles étendues maritimes favorables. Ainsi a-t-on vu des cyclones de la mer des Caraïbes aborder l'Amérique Centrale sur le sud du Mexique, Belize, le Honduras ou le Nicaragua, et retrouver une seconde jeunesse une fois dans les eaux du Pacifique. On peut citer récemment BRET en 1993 qui devint FERNANDA après avoir franchi l'isthme central-américain ou CESAR 1996, rebaptisé DOUGLAS après son parcours sur le Costa Rica.

De même, si les cyclones quittent les zones d'eaux chaudes intertropicales et se dirigent vers les régions aux climats tempérés, ils s'affaibliront en perdant leurs caractéristiques tropicales, et se transformeront en tempêtes ou simples dépressions classiques, dites "à cœur froid", de la circulation générale d'ouest, par opposition aux phénomènes tropicaux non issus de masses d'air froid.

Ouragan, cyclone ou typhon ?

Les termes typhon, ouragan et cyclone tropical recouvrent tous les trois la même réalité : ils désignent un phénomène tourbillonnaire des régions tropicales (entre 30°N et 30°S) accompagnés de vents dont la vitesse est supérieure ou égale à 64 nœuds c'est-à-dire 118 km/h (soit une force 12 sur l'échelle de Beaufort).

Classification des phénomènes cyclonique

La désignation adoptée dépend simplement de l'endroit du globe où se produit le phénomène.

Le terme cyclone ou cyclone tropical est réservé à l'océan Indien et au Pacifique sud. On parle en revanche d'ouragan en Atlantique nord et dans le Pacifique nord-est et enfin de typhon dans le Pacifique nord-ouest.

Les saisons des tempêtes tropicales sont moins clairement définies, et ces phénomènes sont de plus en plus actifs

Toutes les explications sur les zones cycloniques sont dans la dernière version du livre de Jimmy Cornell Routes de Grande Croisière parue en avril 2020.

Avec le dérèglement climatique, une bonne préparation de votre route en fonction du calendrier cyclonique est donc primordiale.

En 2020

La saison des cyclones du Pacifique Sud en 2019-2020 a été marquée par le cyclone Harold de catégorie 5, qui s'est produit début avril 2020 dans la mer de Corail. Il a causé des dégâts étendus dans la partie centrale des Vanuatu dévastant les communautés insulaires d'Espiritu Santo, de la Pentecôte, de Malecula et d'Ambrym.

Les cyclones Lili et Ann se sont produits début mai dans la partie nord de la mer de Corail et se sont déplacés vers l'ouest, affectant le sud de l'Indonésie.

En 2019

Dans le Pacifique Sud, début janvier le typhon Pabuk est devenu la tempête tropicale la plus précoce. Il a traversé le golfe de Siam et est entré dans l'Océan Indien Nord le 4 janvier. En février, le typhon Wutip s'est intensifié en super typhon devenant le plus fort typhon jamais enregistré un mois de février. Les cyclones Lili et Ann sont apparus début mai dans la partie nord de la mer de Corail et se sont déplacés vers l'ouest, touchant le sud de l'Indonésie.

Dans le Pacifique Nord-Est la saison des ouragans a été modérément active avec 19 tempêtes nommées. Seuls sept ouragans se sont formés, le plus petit nombre depuis 2010.

Dans l'Océan Indien Nord, la saison 2019 a été l'une des plus actives jamais enregistrées avec sept cyclones, dont six se sont intensifiés en tempêtes cycloniques très violentes.

Dans l'Atlantique nord, la saison des ouragans a été très active avec 18 tempêtes nommées et 20 cyclones tropicaux. Cela a commencé le 20 mai avec la tempête subtropicale Andrea et s'est terminé le 25 novembre avec la tempête Sébastien. En septembre, Lorenzo est devenu l'ouragan de catégorie 5 le plus à l'est jamais enregistré.

La saison des tempêtes tropicales dans l'Océan Indien Nord a été l'une des plus actives jamais enregistrées avec sept cyclones, dont six se sont intensifiés en tempêtes cycloniques très sévères.

Le cyclone Pabuk s'est produit le 4 janvier, devenant ainsi le cyclone de l'Océan Indien Nord le plus précoce jamais enregistré. Le cyclone extrêmement sévère Fani, s'est produit début mai, tandis que le cyclone Kyarr s'est produit fin octobre, étant deux des cyclones les plus forts enregistrés dans le golfe du Bengale.

Ces dernières années, plusieurs cyclones (Chapala et Megh en novembre 2015, Sadar en mai 2018) ont atteint aussi loin à l'ouest que le golfe d'Aden, affectant le nord de la Somalie, le sud du Yémen et même Djibouti.

La saison cyclonique 2018-2019 s'est terminée avec le cyclone Ann qui s'est produit entre le 7 et le 18 mai et a affecté les Îles Salomon et la Nouvelle Calédonie.

Dans l'Océan Indien Sud la saison 2018-2019 a été la plus active jamais enregistrée depuis le début des enregistrements en 1967 avec dix cyclones intenses.

Le cyclone intense Idai a été l'une des tempêtes tropicales les plus destructrices à avoir touché l'Afrique et l'hémisphère sud. Ente le 4 et le 15 mars 2019, il a causé des dommages catastrophiques et une crise humanitaire au Mozambique, Zimbabwe et Malawi, faisant plus de 1.300 morts.

On a également enregistré quatre cyclones hors-saison : Liua en septembre 2018, Lili et Ann en mai 2019. Une tempête tropicale s'est formée dans la région de Chagos en juillet 2019.

En 2018

Dans le Pacifique Nord-Est, la saison a été l'une des plus actives de l'histoire avec 23 tempêtes nommées.

Dans le Pacifique Ouest, la fréquence et la force des typhons augmentent, certains super typhons ayant des rafales de 200 noeuds ou plus. Le 15 septembre, le super-typhon de catégorie 5 Mangkhut a frappé les Philippines, l'un des plus forts jamais enregistrées. Au cours des dernières années, des typhons ont été enregistrés aux Philippines tous les mois de l'année. La notion de saison de sécurité bien définie fait désormais partie du passé.

En conséquence, la saison cyclonique dans le Pacifique Ouest couvre maintenant toute l'année et aucun mois ne peut être considéré comme sûr.

La saison des cyclones du Pacifique Sud en 2017-2018 a produit six cyclones tropicaux, dont trois sont devenus des cyclones tropicaux sévères. Parmi ces derniers, Kenni a causé des ravages aux Fidji fin avril.

Cette tendance indique un allongement de la saison des tempêtes tropicales et la nécessité de ne pas planifier un passage vers les tropiques trop près du début de la saison de sécurité perçue.

Par conséquent, le risque de cyclones précoces ou tardifs doit être pris en compte par toute personne prévoyant de naviguer sous les tropiques à proximité de la saison officielle des cyclones. C'est particulièrement le cas du Pacifique Sud-ouest et de la mer de Corail où ces dernières années des cyclones se sont produits en juin, juillet et même en septembre.

En 2017

En Atlantique Nord, la saison des ouragans a été une saison hyperactive et extrêmement destructrice, avec 17 tempêtes nommées.

Dix ouragans se sont succédé, le plus grand nombre d'ouragans consécutifs à l'ère des satellites, et le plus grand nombre d'ouragans consécutifs jamais observés dans le bassin Atlantique.

La saison des tempêtes tropicales a commencé le 20 avril avec Arlene, passée à l'ouest des Açores. Elle a été suivie par Bret, qui a frappé l'ile de Trinidad le 20 juin, le premier ouragan à affecter directement cette ile depuis 1933. A la fin septembre, Maria est devenu le premier ouragan de catégorie 5 à frapper l'ile de la Dominique.

Au début d'octobre, Nate est devenu le premier ouragan à frapper le Panama et le Costa Rica. Une semaine plus tard, Ophelia est devenu l'ouragan le plus à l'est dans l'Atlantique, et a touché la majeure partie de l'Europe du Nord comme un cyclone extra-tropical.

Dans le Pacifique Nord-Est, ce fut l'année des changements les plus importants lorsque Adrian, survenue le 10 mai, a été la tempête tropicale la plus précoce depuis l'avènement de l'imagerie par satellite.

La tempête tropicale Selma des 27 et 28 octobre a été la dernière de la saisons. C'est la deuxième fois seulement qu'un cyclone tropical du Pacifique Est se produit à l'est du 90° W. Selma a touché le Nicaragua, le Costa Rica, le Guatemala, le Honduras et est la première tempête tropicale à affecter le Salvador.

Zones cycloniques

Plus généralement, sous les latitudes de 6° ou 7°, régions équatoriales, on ne croise pas de cyclone. Il n'y a pas de cyclone en Guyane française ou en Amazonie brésilienne ; quasiment pas non plus en Indonésie, à Djakarta ou Singapour, ni même près des côtes de l'Afrique baignées par l'Océan Indien, en Somalie, au Kenya ou sur le nord de la Tanzanie, Zanzibar y compris.

On n'en trouve pas plus dans l'Atlantique Sud, trop frais (2 à brève durée de vie recensés en 50 ans seulement), sous l'influence du courant océanique froid remontant le long de la Namibie vers l'Angola et le Congo.

On n'en trouve pas dans le bassin sud-est du Pacifique, près des côtes du Chili et du Pérou. Les eaux y sont froides et remontent en permanence du pôle sud et des profondeurs, à cause du phénomène d'"upwelling", ce sont des remontées d'eaux froides profondes à cause des couches superficielles océaniques entraînées au large à l'ouest par l'alizé.

La condition de préexistence de zone perturbée, souvent au sein de la Zone de Convergence Inter Tropicale, à l'origine des développements tourbillonnaires, amène à considérer la position de cette ZCIT (ou ZIC), variable selon les bassins océaniques et les saisons. Les régions propices aux formations des cyclones sont souvent celles déterminées par les positions de cette zone perturbée de grande échelle. C'est en été que les conditions sont réunies, sur des régions suffisamment étendues, pour que les cyclones puissent se développer pendant plusieurs jours.

Dans l'hémisphère nord, la saison d'été s'étend entre les mois de juin à septembre, parfois jusqu'à novembre, c'est la période où peuvent se déclencher les cyclones. Pour le bassin océanique de l'Atlantique et des mers adjacentes, si les cyclones restent rares de juin à novembre, en revanche ils peuvent battre leur plein entre début juillet à fin octobre, c'est notamment la période la plus active sur les Antilles.

Dans l'hémisphère sud, l'été est inversé par rapport à l'hémisphère nord, il est de décembre à mars, la saison cyclonique s'étend de novembre à avril, voire mai. A l'île de La Réunion, la pleine saison est comprise entre fin décembre et début avril.

Selon les statistiques, on peut signaler qu'il y a environ 80 à 85 cyclones qui se forment chaque année sur notre planète (ayant au moins atteint le stade de tempête tropicale), et que parmi ces 80/85, 40/45 dépassent le seuil d'ouragan (plus de 117 km/h en vent maximum soutenu).

71 % sont répertoriés dans l'hémisphère nord
29 % seulement dans l'hémisphère sud

Zones et saisonnalité des tempêtes tropicales

 

Zone géographique Nombre moyen de cyclones (%) Nombre moyen d'ouragans (%) Périodes des ouragans et cyclones
Atlantique Nord 15 (18 %) 7 (16 %) juin à novembre, pic d'août à octobre
Atlantique Sud     novembre à mai
Pacifique Nord-Est et Central 16 (19 %) 7 (16 %) mai à novembre, pic d'août à octobre
Pacifique Nord-Ouest 24 (29 %) 16 (36 %) mai à décembre, pic d'août à octobre, toute l'année sur les Philippines, à noter que sur l'Indonésie la saison des pluies va d'octobre à avril avec vents violents
Pacifique Sud     novembre à avril
Océan Indien Nord 5 (6 %) 2 (5 %) avril à juin, pic en mai, septembre à décembre, pic en novembre
Océan Indien Sud-Ouest 10 (12 %) 6 (14 %) novembre à avril, exception de l'ile Maurice et des Seychelles à mai
Océan Indien Sud-Est 6 (7 %) 3 (7 %) octobre à mai, pic de janvier à mars
Pacifique Sud 8 (10 %) 3 (7 %) novembre à mai, pic de février à mars

 

Dans ce tableau, il faut comprendre par cyclones, tous les phénomènes généralement baptisés, dont le vent dépasse 63 km/h (stade de tempête tropicale ou plus).

Le % est celui par rapport au total annuel moyen du globe (84 pour les cyclones et 44 pour les ouragans).

Pour la zone de l'Atlantique Nord, qui regroupe la mer des Antilles et le golfe du Mexique, les trajectoires des cyclones montrent toute la variété mais aussi une certaine prédominance des trajectoires qu'on peut observer, notamment la trajectoire classique des cyclones nés entre l'Afrique et les Antilles, avec un déplacement vers l'ouest ou nord-ouest puis, soit une arrivée sur la mer des Caraïbes et des « atterrissages » sur les états bordant cette région, soit une remontée vers les latitudes tempérées plus ou moins vite et plus ou moins loin des côtes des USA, et enfin une reprise dans le courant d'ouest en direction des Açores ou de l'Europe.

Le site Sailtahiti vous propose des informations précieuses sur la saison des cyclones en Polynésie.

Source : Météo-France

Inscription à la newsletter
Besoin d'un conseil, d'une information ?
Le standard est ouvert du lundi au vendredi, sauf jours fériés, de 9h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h30 (heure française).
00.33.(0)9.75.98.63.92 E-mail
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Sécurisation bancaire
Paiement sur un serveur 100% sécurisé
Choix du mode de livraison
Colissimo, TNT, en magasin

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

OK ×