Zones cycloniques à éviter lors d'un tour du monde en voilier

Zones cycloniques à éviter lors d'un tour du monde en voilier

Retour au sommaire de nos Conseils de navigation autour du monde

Faire un tour du mon en voilier risque de vous emmener sur des zones où se développent à certaines saisons des cyclones.

Autant ne pas les croiser !

Un cyclone se forme et se développe là où toutes les conditions favorables sont réunies : eau chaude +26° sur une certaine profondeur, ... Il y a des lieux et des saisons privilégiées, bien entendu.

Le cyclone est essentiellement un phénomène maritime. Sur les continents, il manque ce fameux carburant que sont les eaux océaniques chaudes, il n'y a donc pas de cyclone sur l'Afrique ou à l'intérieur des continents nord et sud-Américains. Les cyclones qui abordent les terres, s'essoufflent rapidement et se dissipent en quelques heures, en se transformant en zone perturbée pluvieuse.

Parfois, il arrive qu'un cyclone puissant garde assez d'énergie, lors de la traversée d'un territoire, pour se reconstituer, s'il trouve de nouvelles étendues maritimes favorables. Ainsi a-t-on vu des cyclones de la mer des Caraïbes aborder l'Amérique Centrale sur le sud du Mexique, Belize, le Honduras ou le Nicaragua, et retrouver une seconde jeunesse une fois dans les eaux du Pacifique. On peut citer récemment BRET en 1993 qui devint FERNANDA après avoir franchi l'isthme central-américain ou CESAR 1996, rebaptisé DOUGLAS après son parcours sur le Costa Rica.

De même, si les cyclones quittent les zones d'eaux chaudes intertropicales et se dirigent vers les régions aux climats tempérés, ils s'affaibliront en perdant leurs caractéristiques tropicales, et se transformeront en tempêtes ou simples dépressions classiques, dites "à coeur froid", de la circulation générale d'ouest, par opposition aux phénomènes tropicaux non issus de masses d'air froid.

Plus généralement, sous les latitudes de 6° ou 7°, régions équatoriales, on ne croise pas de cyclone. Il n'y a pas de cyclone en Guyane française ou en Amazonie brésilienne ; quasiment pas non plus en Indonésie, à Djakarta ou Singapour, ni même près des côtes de l'Afrique baignées par l'Océan Indien, en Somalie, au Kenya ou sur le nord de la Tanzanie, Zanzibar y compris.

On n'en trouve pas plus dans l'Atlantique Sud, trop frais (2 à brève durée de vie recensés en 50 ans seulement), sous l'influence du courant océanique froid remontant le long de la Namibie vers l'Angola et le Congo.

On n'en trouve pas dans le bassin sud-est du Pacifique, près des côtes du Chili et du Pérou. Les eaux y sont froides et remontent en permanence du pôle sud et des profondeurs, à cause du phénomène d'"upwelling", ce sont des remontées d'eaux froides profondes à cause des couches superficielles océaniques entraînées au large à l'ouest par l'alizé.

La condition de préexistence de zone perturbée, souvent au sein de la Zone de Convergence InterTropicale, à l'origine des développements tourbillonnaires, amène à considérer la position de cette ZCIT (ou ZIC), variable selon les bassins océaniques et les saisons. Les régions propices aux formations des cyclones sont souvent celles déterminées par les positions de cette zone perturbée de grande échelle. C'est en été que les conditions sont réunies, sur des régions suffisamment étendues, pour que les cyclones puissent se développer pendant plusieurs jours.

Dans l'hémisphère nord, la saison d'été s'étend entre les mois de juin à septembre, parfois jusqu'à novembre, c'est la période où peuvent se déclencher les cyclones. Pour le bassin océanique de l'Atlantique et des mers adjacentes, si les cyclones restent rares de juin à novembre, en revanche ils peuvent battre leur plein entre début juillet à fin octobre, c'est notamment la période la plus active sur les Antilles.

Dans l'hémisphère sud, l'été est inversé par rapport à l'hémisphère nord, il est de décembre à mars, la saison cyclonique s'étend de novembre à avril, voire mai. A l'île de La Réunion, la pleine saison est comprise entre fin décembre et début avril.

Selon les statisques, on peut signaler qu'il y a environ 80 à 85 cyclones qui se forment chaque année sur notre planète (ayant au moins atteint le stade de tempête tropicale), et que parmi ces 80/85, 40/45 dépassent le seuil d'ouragan (plus de 117 km/h en vent maximum soutenu).

  • 71 % sont répertoriés dans l'hémisphère nord
  • 29 % seulement dans l'hémisphère sud

 

Zone Domaine géographique Nombre moyen de cyclones (%) Nombre moyen d'ouragans (%)
1 Atlantique 15 (18 %) 7 (16 %)
2 Pacifique Nord-Est et Central 16 (19 %) 7 (16 %)
3 Pacifique Nord-Ouest 24 (29 %) 16 (36 %)
4 Océan Indien Nord 5 ( 6 %) 2 (5 %)
5 Océan Indien Sud-Ouest 10 (12 %) 6 (14 %)
6 Océan Indien Sud-Est 6 (7 %) 3 (7 %)
7 Pacifique Sud 8 (10 %) 3 (7 %)

Dans ce tableau, il faut comprendre par cyclones, tous les phénomènes généralement baptisés, dont le vent dépasse 63 km/h (stade de tempête tropicale ou plus).

Le % est celui par rapport au total annuel moyen du globe (84 pour les cyclones et 44 pour les ouragans).

Pour la zone de l'Atlantique Nord, qui regroupe la mer des Antilles et le golfe du Mexique, les trajectoires des cyclones montrent toute la variété mais aussi une certaine prédominance des trajectoires qu'on peut observer, notamment la trajectoire classique des cyclones nés entre l'Afrique et les Antilles, avec un déplacement vers l'ouest ou nord-ouest puis, soit une arrivée sur la mer des Caraïbes et des « atterrissages » sur les états bordant cette région, soit une remontée vers les latitudes tempérées plus ou moins vite et plus ou moins loin des côtes des USA, et enfin une reprise dans le courant d'ouest en direction des Açores ou de l'Europe.

Source : Météo-France

Inscription à la newsletter
Besoin d'un conseil, d'une information ?
Le standard est ouvert du lundi au vendredi, sauf jours fériés, de 9h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h30 (heure française).
00.33.(0)9.75.98.63.92 E-mail
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Sécurisation bancaire
Paiement sur un serveur 100% sécurisé
Choix du mode de livraison
Colissimo, TNT, en magasin

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

OK ×