Naviguer en Patagonie et passer le Horn en voilier

Naviguer en Patagonie et passer le Horn en voilier

Retour au sommaire de nos Conseils de navigation autour du monde

Pour vous aider à naviguer dans cette région, nous vous conseillons le guide Imray Cape Horn and Antartic waters, le guide Imray Chili et le guide Patagonia & Tierra del fuego qu'un couple italien a écrit après avoir passé 13 ans dans ces canaux à bord de leur voilier Saudade III.

Cap Horn et canaux de Patagonie en voilier

Naviguer en Patagonie en voilier

Si la navigation en Patagonie peut être une étape sur la route des tourdumondistes, elle deviendra une aventure dans l'aventure car cette région difficile à la navigation ne s'improvise pas, il faut sérieusement la préparer.

Cette région est à haut risque pour la navigation mais la beauté sans égale, celle de ses mouillages, de ses glaciers, attire de plus en plus de monde, à tel point que les places du Micalvi à Puerto Williams deviennent rares et les autorités chiliennes redoutent qu'un drame ne se produise un jour inévitablement, d'où les restrictions des autorités chiliennes.

Il semble que le Chili a mis un gros frein à toutes les navigations de plaisance dans cette région. Il ne serait plus possible de contourner le Horn et le Micalvi serait fermé. Cette information est à mettre au conditionnelle car nous ne savons pas si cela concerne les plaisanciers ou les sociétés de charters qui travaillent sur place. L'ambition du Chili est de transformer Puerto William en Ushuaia pour toutes les croisières professionnelles vers le Sud. La belle époque de Puerto William est terminée...

Le meilleur moment pour franchir cette région est de passer avant l'hiver austral et de bien anticiper la météo en cas de mauvais temps en se mettant à l'abri. Au mois de mars vous pourrez avoir pendant 24 heures un vent établi de 70 puis 80 nœuds, voir même frôler les 125 nœuds dans le canal de Beagle, avec 6 à 7 mètres de creux proche du cap Horn.

La météo étant donc le facteur primordiale pour la navigation dans cette région, il ne faut pas avoir de planning de navigation serré, sinon c'est la porte ouverte à deux risques :
- le risque physique réel en s'exposant à des conditions difficiles ou dangereuses, en sortant d'un abri un jour où l'on devrait y rester, ou bien en persistant à avancer un jour où on devrait faire demi-tour ;
- le risque de gâchis, car visiter un glacier à date fixe n'a aucune comparaison avec la visite du même glacier à un moment choisi, temps calme, ciel dégagé.

Il est donc impératif pour naviguer dans cette région de disposer de plusieurs semaines de marge pour remonter du Beagle à Puerto Montt, contre vents et courants dominants. Plusieurs semaines de réserves (alimentaires, carburant, gaz) et plusieurs semaines de marge de manœuvre en temps. Ce qui est difficilement compatible avec un projet de charter.

Si vous souhaitez naviguer à la voile dans ces canaux, oubliez ! Que vous alliez de Puerto Montt à Puerto Williams, ou de Puerto Williams à Puerto Montt, c'est énormément de moteur. A Angostura White, les jours de mauvais temps, vous pouvez avoir de 12 à 14 nœuds de courant, le moindre pépin peut tourner à la catastrophe : même le ferry s'est échoué en 2015 ! Même le détroit de Magellan peut être frustrant question voile. Soit vous avez le vent devant et c'est moteur, soit vous l'avez dans le dos et c'est foc seul. Tout cela en restant plusieurs jours bloqués en attendant que le vent se calme, avec des jours de pluies et un plafond à 10 mètres !

Depuis Ushuaïa (Argentine), il faudra aller à Puerto Williams (Chili) pour faire votre entrée au Chili avant de repartir vers l'ouest. Il faut savoir que c'est l'armada chilienne qui contrôle le passage dans les canaux. Et donc vous indiquera un itinéraire. Votre voilier sera contrôlé avant de vous y engager, il faut avoir à bord certains moyens de communication obligatoires : MA ou Iridium, portable. D'autres points seront également contrôlés comme les amarres, etc...

Des liaisons sont obligatoires matin et soir, la navigation de nuit n'est pas autorisée, etc...

A Punta Arena il est impossible de débarquer si le vent est de terre et qu'il est violent, vous serez obligé d'attendre qu'il faiblisse.

Pour la cartographie, il faut utiliser les cartes raster qui sont vendues par les autorités chiliennes.

Pour la météo dans les canaux : vous prenez vos gribs les plus bruts possibles (rien de retravaillé), et vous ajoutez 20 nœuds de vent, pour compter le passage du synoptique et ce que vous avez réellement sur votre bateau et vous aurez la météo la plus fiable possible, c'est à dire pas fiable du tout, c'est ce que font les locaux.

Nous avons relevé un excellent article d'Antoine et Céline sur Shana qui ont remonté la Patagonie d’Est en Ouest en deux mois, avec leurs conseils, leurs routes, leur consommation, leur temps voile / moteur, achat gaz, eau, gasoil, distributeur de billets, ... à lire absolument, vous serez tout. Nous vous conseillons de visiter également leur site Caramel adventure qui est une mine d'informations.

Inscription à la newsletter
Besoin d'un conseil, d'une information ?
Le standard est ouvert du lundi au vendredi, sauf jours fériés, de 9h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h30 (heure française).
00.33.(0)9.75.98.63.92 E-mail
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Sécurisation bancaire
Paiement sur un serveur 100% sécurisé
Choix du mode de livraison
Colissimo, TNT, en magasin

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

OK ×